L’Inde est un marché prioritaire pour le gouvernement du Canada et EDC. Voici comment tirer partie de cet intérêt et faire affaire en Inde.

Faire affaire en Inde : ce que les exportateurs canadiens doivent savoir

0 votes

Les échanges commerciaux entre le Canada et l’Inde sont importants : en 2016, les exportations canadiennes en Inde atteignaient 2,3 milliards de dollars, ce qui fait de l’Inde le huitième marché d’exportation pour le Canada. Voici comment participer vous aussi à cette grande aventure.

Faire affaire en Inde : ce que les exportateurs canadiens doivent savoir

Ladislau PaparaLadislau Papara
Directeur régional – Asia
Exportation et développement Canada


L’importance de l’Inde continue de croître comme un des principaux partenaires commerciaux du Canada; ce pays offre un extraordinaire potentiel économique et a considérablement transformé son environnement commercial, s’imposant maintenant comme un endroit qui offre de belles perspectives aux investisseurs.

Ce n’est là que quelques-uns des éléments qui sont ressortis d’un récent webinaire dont j’étais l’un des animateurs, Faire affaire en Inde organisé par Exportation et développement Canada (EDC) en partenariat avec Le Service des délégués commerciaux d’Affaires mondiales Canada.

L’an dernier, le Canada a exporté pour 17 milliards de dollars en Asie, dont environ la moitié dans des marchés émergents. L’Inde accaparait 2,3 milliards de dollars de ce total.

L’Inde est un marché prioritaire pour EDC et le gouvernement du Canada. Depuis 2016, huit ministres se sont rendus dans ce pays et EDC y a des bureaux permanents depuis 2005 (à Delhi et Mumbai). Depuis, EDC a contribué à hauteur de 15 milliards de dollars au commerce entre le Canada et l’Inde et a accordé plus de 4 milliards de dollars en financement direct à des entreprises indiennes.

L’an dernier, EDC a contribué pour plus de 45 % de toutes les exportations canadiennes en Inde, 324 entreprises canadiennes qui exportent dans ce pays ayant bénéficié du soutien d’EDC. Près de 90 % de ces entreprises sont des PME.

Les principales possibilités d’affaires dans le commerce entre le Canada et l’Inde

Les échanges commerciaux entre le Canada et l’Inde sont nombreux. L’Inde est le huitième partenaire commercial du Canada et les exportations canadiennes dans ce pays ont augmenté de 85 % entre 2009 et 2016, principalement dans le secteur de l’extraction (45 %), puis des infrastructures (24 %) et des ressources (24 %), y compris les produits agricoles et le bois.

Lors du webinaire, nous avons discuté des principales occasions commerciales qui s’offrent aux exportateurs canadiens en Inde, et elles sont nombreuses, notamment dans :

  • les équipements et services des technologies de l’information et des communications, qui renforcent la chaine de valeur;
  • les infrastructures et l’énergie, notamment en développement urbain et en produits spécialisés qui viennent complémenter les équipements existants;
  • les équipements et services dans le secteur pétrolier et gazier; et
  • la logistique et les infrastructures liées à la chaîne d’approvisionnement.

Il y a également des occasions d’affaires dans le secteur des technologies propres en énergie solaire et éolienne ainsi que dans le secteur des aliments transformés et des produits agricoles de base. Les lentilles représentent le principal produit canadien exporté en Inde. En 2016, le Canada a comblé environ le tiers des besoins en potasse de l’Inde.

Comment EDC met en contact les PME et les grandes entreprises

Pour les PME, il est coûteux de développer de nouveaux marchés, mais EDC les accompagne dans cette aventure. Nous fournissons à un acheteur étranger du financement au développement commercial, ce qui nous permet d’intégrer des compagnies canadiennes à sa chaîne d’approvisionnement et de promouvoir le savoir-faire canadien en tant que valeur ajoutée.

Le mandat d’EDC lui permet d’offrir du financement afin d’accroître l’approvisionnement provenant du Canada et utiliser ces prêts afin d’accroître le commerce avec l’Inde. À ce jour, 46 exportateurs canadiens ont profité de ce programme.

L’Inde pose certains défis aux entreprises étrangères, comme l’indique son rang dans le classement des pays pour ce qui est de la facilité à y faire des affaires (soit 130e sur 190), mais l’économiste Motria Savaryn-Roy, qui couvre l’Asie pour EDC et animait également le webinaire, a souligné que l’Inde a reconnu la nécessité d’améliorer son environnement commercial et qu’elle l’a fait : « L’Inde offre un énorme potentiel économique et a considérablement amélioré son infrastructure à ce niveau », dit-elle.

Mme Savaryn-Roy a également fait remarquer que la nouvelle taxe sur les produits et services, en vigueur depuis le 1er juillet 2017, devrait réduire les coûts de fabrication de 10 % à 15 %, puisque les coûts logistiques diminuent et stimulent la productivité par l’allocation efficace des ressources et une plus grande conformité fiscale. D’autres améliorations ont aussi été apportées, comme la taxation uniforme pour l’ensemble du pays, une plus grande transparence, un système de taxation simplifié et une augmentation des revenus.
Mme Savaryn-Roy a aussi indiqué que l’Inde est un leader en matière de croissance et que cette situation devrait perdurer au cours des prochaines années.

« Au cours des dernières années, le taux de croissance globale a atteint 7 %, dit-elle. Et le pays a apporté un certain nombre d’ajustements en vue de faciliter le commerce. »

Webinaire – Faire affaire en Inde
L’AECG : un potentiel à exploiter réunira un panel composé de spécialistes dynamiques du commerce international et de chefs d’entreprise qui expliqueront ce que couvre l’AECG et préciseront comment votre entreprise peut se préparer.
Obtenez-le maintenant 

Le SDC et l’information commerciale sur le terrain

Le Service des délégués commerciaux (SDC) d’Affaires mondiales Canada était représenté par Ashley Jean-Marie, délégué commercial pour l’Asie du Sud. Il a souligné que le Canada a huit missions en Inde au sein desquelles des délégués commerciaux transmettent aux entreprises canadiennes l’information commerciale et les conseillent sur les façons de faire des affaires dans ce pays.

« Nos délégués commerciaux en Inde peuvent vous aider à naviguer dans ce marché complexe, explique Ashley Jean-Marie. Que vous souhaitiez exporter, connaître les enjeux relatifs à l’accès au marché, faire des coentreprises, conclure des alliances stratégiques ou développer des partenariats technologiques ou en recherche et développement, nous vous invitons à consulter nos délégués commerciaux. »

M. Jean-Marie a aussi indiqué que les besoins en infrastructure en Inde sont évalués à 1 500 milliards de dollars, principalement dans le secteur des transports, et que le gouvernement a déjà annoncé des projets de construction d’autoroutes qui totalisent 93 milliards de dollars. Il a également affirmé que les Canadiens détiennent plusieurs avantages dans le marché indien, notamment l’excellente réputation de la « marque Canada », qui est reconnue pour sa fiabilité et pour la qualité de ses produits et services. Le Canada est également le pays qui compte le plus grand nombre d’étudiants étrangers en Inde. Pour cette raison, mais aussi parce que le Canada compte une forte population d’origine indienne, les liens personnels entre Canadiens et Indiens sont nombreux et solides. Enfin, M. Jean-Marie a encouragé les exportateurs canadiens actuels et futurs à faire appel au programme CanExport du Service des délégués commerciaux, qui aide les PME à être plus concurrentielles dans les marchés d’exportation. Il convient de souligner que le SDC organise, du 13 au 17 novembre, une mission commerciale en Inde à laquelle on peut s’inscrire dès maintenant. EDC sera de cette mission et fournira aux exportateurs participants une assistance sur le terrain.

Cinq choses qu’il faut savoir à propos du commerce en Inde
  • L’Inde est un marché axé sur les prix. Consommateurs et entreprises choisissent souvent en fonction du meilleur prix.
  • L’Inde est un marché très sensible aux relations personnelles et la persévérance est déterminante; pour faire des affaires en Inde, vous devez y mettre les efforts.
  • L’Inde n’est pas un marché homogène. Raffinez votre stratégie par secteur ou région, puis développez-y vos relations.
  • L’âge et la hiérarchie sont importants. Généralement, seule la personne la plus âgée parle lors des réunions.
  • Le végétarisme est omniprésent; tenez-en compte lorsque vous avez des repas d’affaires.

Pour en savoir plus sur les façons de faire affaire en Inde, voyez un enregistrement du webinaire.

Faire affaire en Inde : ce que les exportateurs canadiens doivent savoir was last modified: octobre 17th, 2017 by Export Development Canada.
  • Cet article at-il été utile?
  • Oui   Non